La Peyrère

Rénovation d'une maison béarnaise, trucs et astuces du quotidien, états d'âme et élucubrations diverses...

Home, Sweet Home...

Ça y est. C'est fait. Le Géant d'Or et la Petite Sorcière ont quitté leur logement en location. Maintenant, on peut le dire: on habite à La Peyrère.
Les parents du Géant d'Or sont venus prêter main forte début février, pour que le déménagement soit rendu possible. Pendant que la Petite Sorcière était au boulot la journée (oui, parce que Sorcière, c'est moyennement rentable comme activité, alors elle bosse à côté...), Papou, le Géant d'Or et ses parents ont œuvré comme des fous sur le chantier: reprise des points d'électricité à arranger, solivage de la cave, ponçage des poutres et des tablettes des fenêtres, commencer à déménager les meubles les plus encombrants... ils n'ont pas arrêté!
Après le départs de ses beaux parents, la Petite Sorcière était satisfaite: les choses étaient bien avancées, le déménagement allait pouvoir se faire sereinement. Et puis, la veille du déménagement, le Géant d'Or fait une mauvaise chute: une vertèbre fracturée, direction l'hôpital (encore...). Il se fait opérer le lendemain et pourra sortir rapidement de l'hôpital, mais pas question de se baisser, de porter des charges ni même de faire du ménage. La Petite Sorcière (et son Papou) a retroussé ses manches. En quatre jours en mode Guerriers, ils ont réussi à tout déménager et à nettoyer l'ancien logement de fond en comble. 
Puis Papou et le Géant d'Or ont réussi sur place le tour de force d'aménager quelque chose de tout à fait confortable. Résultat, c'est un peu camping, mais camping de luxe, quand même! 
Et puis, le projeté chaux-chanvre a commencé. C'est chouette, ça donne vraiment l'impression d'avancer, le résultat est vraiment joli! On vous montre?

Père et Fils en plein ponçage des poutres !

... pendant que Belmaman déplace des montagnes... euh, des cailloux !

Mais où sont cachés les papas? COUCOOUU!!!

Les papas en pkleine fabrication de la nouvelle trappe (ben oui, le congélateur passait pas par celle d'origine...)

Résultat : une belle grande trappe pour accéder à la cave (on ne sait toujours pas si le congélateur passe, par contre, le Géant d'Or, ça, on en est surs...)

Les poutres poncées dans les futures chambres de l'étage...

... et dans notre chambre...

... et dans la cuisine !

Papou monte un pan de mur en briques...

TADAAAAM !!! C'est beau hein?

Le Géant d'Or s'attelle à carotter le mur de la cave, pour l'évacuation des eaux usées...

... mission qui s'avère plus difficile que prévue : il mettre plus de deux jours à arriver au bout !

Et puis, le projeté commence !

Le rendu est sympa !

Surtout quand c'est lissé !

Ici, vue de près sur l'enduit non lissé : c'est beau !

Et ici, le même après lissage : c'est beau aussi !

Façade Sud vue de l'extérieur avec les baies vitrées

Et la petite vue depuis la cuisine !

La même vue, au soleil levant...

Le Camélia a fleuri...

Repas du soir !

Caspule le camion est caché dans la grange !

Notre atelier travaux / cuisine (les plus perspicaces auront remarqué que les saucissons sont prêts...)

Cuisine toute équipée: évier, four, lave linge, lave vaisselle, frigo et congèl... Quand je vous dis que c'est du camping de luxe !

Enfin, notre "chambre", dans le camion... On est pas bien là?

It's been a while...

Ça fait bien longtemps que nous n'avons rien ajouté ici. Et pourtant, les choses avancent!
La priorité était de tout préparer pour que le projeté chaux-chanvre puisse se faire sans encombre. Donc, préparer tous les murs, tous les passages de canalisation vers l'extérieur, défaire le plancher du grenier et en remettre un neuf...
Bref, beaucoup, beaucoup de choses à faire, encore. Les vacances de Noël nous ont permis d'être tous les jours pendant deux semaines sur le chantier, puis nous avons reçu la visite de notre Rhum-Jé pendant un weekend, qui nous a, encore une fois, été d'un secours précieux sur la dépose du plancher du grenier. Et mi-janvier, c'est Papou qui a débarqué, pour nous apporter son aide, non moins précieuse, et permettre que le Géant d'Or et lui puissent avancer sur le chantier pendant que la Petite Sorcière est au boulot... Le résultat en images!

Le mur du palier du grenier, piqueté...

... et nettoyé ! Y'a plus qu'à refaire les joints!

Pierres apparentes aussi, dans la cage d'escalier...

... Et au-dessus de la cheminée du salon !

Petit bout de carrelage dans le futur placard du ballon tampon, avec les restes de carreaux retrouvés sur place...

Les baies vitrées sont arrivées, youpiiiii !

Et les fenêtres du 1er étage aussi !!!

Le Géant d'Or et Rhum-Jé entament la dépose du plancher du grenier... Il était temps, quelqu'un risquait de passer au travers!

Début de la mise en place de l'OSB au sol... Faut pas avoir le vertige !

Ça avance vite ! Et c'est beaucoup grâce à l'aide de Papou !

Et voilààààà, c'est (presque) fini ! On peut dire qu'on a une pièce de terminée !

Côté alimentation électrique, on décroche le câble existant pour l'enterrer, sous la conduite de chef Papou !

Un petit coup de main de Jean-Claude pour la tranchée....

Alimentation électrique chez les Métayers !

Et on en profite pour refaire l'alimentation en eau, tant qu'on y est !

Les journées se font froides et humides... Mais Papou et le Géant d'Or ne se laissent pas abattre: on remet le poêle en service, sur la belle dalle toute neuve !

Papou et le Géant d'Or sont bien accompagnés sur le chantier ! Moment complice, où l'on partage un verre de vin à deux... 😂

Nos compagnons de chantier, admiratifs devant la vue depuis le salon... 😁

Nous vous souhaitons une belle année 2019, pleine de projets stimulants, d'heureuse folie et de joies partagées !

🎵C'est un hérisson, qui piquait, qui piquait...🎵

On se lance dans la préparation de la petite dalle à l'entrée de la cuisine, sur laquelle reposera la cloison. Et pour ça, on a décaissé sur environ 30 cm la terre battue qui se trouvait là, et préparé un hérisson. L'évacuation des WC de l'étage et du lavabo de la salle de bain passeront par là, ainsi que plusieurs gaines électriques, dont certaines vers l'extérieur. Le Géant d'Or a donc patiemment percé un trou à travers le mur de 60 cm... Ensuite, mission de fouilles archéologiques pour trouver un maximum de galets, qui composeront le hérisson sur lequel reposera la dalle de chaux. Le travail de préparation est long, mais ça n'est rien comparé à la mise en oeuvre de la dalle : remplir la bétonnière de sable et de chaux, ajouter ce qu'il faut d'eau pour que le béton ne soit ni trop sec, ni trop liquide, et trimbaler des brouettes, et lisser, et mettre de niveau.... c'est un travail long, mais sous l’œil rigoureux du Géant d'Or, ça prend forme ! Voyez plutôt !

Encore un peu de casse... pour faire passer les évacuation des WC et du lavabo de la future salle de bain...

et un jeu de coudes savamment pensé plus tard, nous y voilà ! On est super fiers de notre première étape plomberie !

Le Géant d'Or à la mine...

... pour que l'on puisse passer des gaines à travers le mur !

Vue de l'intérieur du passage des gaines qui seront coulées dans la dalle.

Mini-hérisson sous la cloison du salon...

... et premier essai de dalle chaux, plutôt bien réussie !

Et on s'attaque au côté cuisine.... un peu plus large celle-là... Et les empreintes du chauffagiste resteront à jamais gravées dans la maison...

Quatre murs et un toit...

Bon, euh, là, je crois que ça y est. On n'a plus grand chose à casser dans la maison, on va peut être pouvoir se concentrer sur le reconstruire maintenant...😁
Les cloisons sont vidées, celles du bas étayées (et le plus dur, ça n'est certainement pas de les vider... la mise en place des bastaings au plafond, à deux dont un avec une patte folle, c'est...sportif!). Ça nous a permis de constater que certains des montants tenaient debout jusqu'à maintenant probablement grâce à l'action du Saint Esprit (ou Bouddha, ou Gandalf, comme vous préférez...), et qu'on avait pris une bonne décision en vidant tout ça. Ça va nous permettre de repartir sur des bases saines, pour que La Peyrère puisse tenir encore minimum 200 ans de plus...
Comme le parquet du rez de chaussée faisait un peu tâche (trop propre, trop entier), on a décidé de le démonter, lui aussi. Enfin, en partie, afin de pouvoir couler une dalle sous les cloisons et assainir tout ça. Mais voyez plutôt sur les photos!  

D'abord, on étaye dans l'entrée...(ça c'était la partie facile!)

... puis dans le futur salon...

...et dans la future cuisine... Sacrée galère, mais on a réussi !

Comme d'hab, le  plus long n'est pas de tout casser... mais d'évacuer les gravats...

Fini pour le salon !

Et pour la cuisine !

... ne restent plus que les murs et le toit...

... mais au moins, on est équipé pour la Pole Dance !

Sous le plancher... la terre !

Quand y'en a plus... y'en a encore !

Alors que l'on pensait arriver sur la fin du chapitre "faut tout casser", on s'est dit que peut être, les cloisons "semi porteuses", ça serait pas mal de les faire tomber aussi... Et pour plusieurs raisons :

1 ) D'abord, je les appelle "semi porteuses", parce que les montants bois supportent - ou du moins, supportaient à l'origine - les petites poutres intermédiaires. Sauf que comme tout a bougé, plusieurs montants se sont tout à fait désolidarisés de la poutre, et que ça pourrait être pas mal de les recaler...

2) Si ça a bougé, c'est d'une part parce que les cloisons sont remplies d'un mélange de cailloux (et de belles pièces par endroits !) et de mortier, et qu'elles pèsent donc très très lourd. Ce qui explique peut être la (légère...) pente observée au niveau du plancher de l'étage ! Les vider permettrait alors de soulager les poutres qui supportent les cloisons de l'étage.

3) Et pour les cloisons du bas, alors? On aurait pu les garder, si les montants étaient en bon état. Sauf que là, dans la partie "salon", il y avait l'ancienne salle d'eau. Donc la plupart des montants sont bien pourris en partie basse. Et de l'autre côté, les montants reposent sur la terre. L'humidité a fait son oeuvre, et la partie basse des montants est maintenant très abîmée...

Donc, on vide tout ! Et sur la partie cuisine, on a dans l'idée de faire sauter quelques lattes de plancher pour venir faire un bout de dalle, pour assainir tout ça. Et pour le re-remplissage, on est actuellement en pourparler, le Géant d'Or et moi : on a le choix entre le traditionnel placage en Fermacell, ou le beaucoup moins cher, mais beaucoup plus long à mettre en oeuvre terre-paille banché. Affaire à suivre !

Là, on voit un montant encore correctement encastré dans la poutre.

Là par contre, on voit bien le décalage...

Ici, on voit comment c'est fichu : les montants reposent directement sur le plancher, qui repose sur les petites poutres, qui reposent sur la cloison du bas!

On commence tout doux, par le haut des portes...

Puis on continue, petit à petit...

Et comme on n'a plus trop de place là pour mettre les gravats...

... bah on les mets là ! C'est joli, et en plus, on pourra réutiliser les pierres si besoin !

Et à la fin du weekend, ça donne ça... Pas mal, hein ?

Un peu d'ordre au jardin !

Pendant que la Petite Sorcière est partie se dorer la pilule au soleil du Maroc (qu'il est bon d'avoir trente ans !), le Géant d'Or et ses parents, venus à la rescousse, ont bien bossé, EUX !
L'enduit des cloisons est tombé, ce qui restait sur les murs aussi. Le placard / ancien évier a été dégagé autant que possible, mais l'évier en pierre ne pourra pas être récupéré, trop de gros béton de ciment dessus 😢

On peut enfin inspecter l’extrémité de toutes les poutres et solives encastrées dans les murs, et pour certaines, c'est pas joli joli... On pourra doubler certaines solives (c'était prévu, d'ailleurs, notamment sous la future salle de bain), et pour les poutres, on réfléchit : mettre en place des poutres verticales pour renforcer l'appui aux extrémités ? Au niveau des ouvertures pour les baies vitrées, venir noyer les extrémités dans le béton ? Mais comme c'est du ciment, ça risque de ne pas régler le problème, au contraire... M'enfin, en attendant, il reste assez de matière saine des poutres dans les murs pour que ça tienne, alors pas de panique...

L'équipe du Géant d'Or en a profité pour mettre un coup de propre au jardin, et ça fait du bien au moral ! Tout le chantier a aussi été nettoyé, et ça aussi, c'est chouette ! Merci encore à mes beaux parents préférés !

Les cloisons "semi porteuses" après retrait de l'enduit : un mélange cailloux / mortier entre montants bois. Le pied de certains montants est très abîmé... 

Tout beau tout propre, notre future chambre !

Et les chambres 2 et 3 aussi !

Le grenier aussi est nickel (mais où est Virgule ?)

Et là, le futur salon !

On a un peu moins l'impression de côtoyer la jungle ici !

On s'attaque au grenier !

On n'avait encore rien cassé au grenier... Alors on s'y est mis!

Aussi, maintenant, on peut se la péter grave : nos toilettes font 36 m2 ! Eh ouais ! Bon, par contre, côté intimité, c'est pas encore tout à fait ça...

On continue de tout casser...

Ça en fait, de la briquette ! Merci encore, Anto !

Ambiance digne d'un film d'horreur... Brrrr ! 👻

C'est bôôôôô, c'est graaaannnnd !

Encore une bestiole momifiée, après la famille de rat, les souris séchées.... Probablement une petite chouette qui s'est retrouvée coincée dans la cheminée...

Moi, je trouve que ce mur devrait rester en pierres apparentes, qu'est ce que vous en dites ?

Les plus grands toilettes du monde ! La classe !

🎵 Ils soooont tombééés....  🎵*

Non, non, rassurez-vous, pas nous... mais les plafonds! Ayé, yapu, terminé ! Et ceci, grâce à l'aide précieuse de notre non moins précieux Rhum-Jé, qui nous a fait le bonheur de sa présence pendant toute une semaine !  Bon, du coup, on l'a bien exploité, hein... et le pire, c'est que je crois que ça lui a plu ! En tout cas, nous on s'est bien marrés... et en plus, on a avancé comme des fous ! 

Allez, fi des grands discours, voici les photos!

* et celui ou celle qui trouve en premier mon petit hommage habilement infiltré dans le titre de l'article aura une sucette!

Bye bye les plafonds !

Notre Jérôme international en plein boulot !

Et pendant ce temps là, la P'tite Sorcière joue à l'archéologue : magnifique, l'ancienne déco sous le papier peint, non ?

Ça y est, on a complètement déshabillé la maison...

SCOOP ! On dirait qu'il y a du flirt dans l'air... ❤

Quelle équipe ! ! ! 

SURPRIIIIIISE !!!

Non, nous ne sommes pas enterrés sous les gravats depuis des semaines... Nous manquons juste un peu de temps pour mettre le blog à jour! Alors juste un petit mot, après ce chouette weekend, où la famille de la Petite Sorcière a débarqué en force (ce sont les pros de la surprise - sauf une personne, aux légères tendances Gaston Lagaffe, que je ne citerai pas...) ! 

Au programme de ce weekend-là, travaux... Mais aussi : apéro, boustifaille, bœuf guitare - accordéon, cadeaux (merci merci merciiiii pour tout ça!!! 🤩 ), éclats de rire, champagne... Bref, un très beau moment!

Tellement heureuse que maintenant, cette maison qui sera la nôtre porte en elle un peu de chacun d'entre vous... Merci merci merci à tous...

On vous aime fort ❤

Allez, photos!

Intervention de Papinou pour sécuriser le circuit électrique : c'est bon, on peut arracher à mains nues prises et éclairages!

Allez ! Tout le monde au boulot!

Ça fait mal aux bras... mais ça vaut la peine!

C'est pas parce qu'on bosse dur qu'on peut pas rigoler !

Eh oui, on exploite même les enfants ici !

... mais on soigne bien nos ouvriers, hein !

Picnic avec la famille au complet = que du bonheur !

Roméo : "Bon, Tata Ma'ïne, pendant que tu fais la sieste avec Malo, moi, je vais bosser, hein !"

Et Tata Ma'ïne n'est pas la seule à apprécier une bonne sieste...

Et encore un coup de main inespéré ! Merci les copains!

... ça donne presque envie de garder cette belle pièce comme ça, toute entière toute grande !

Et l'ultime coup de balai du weekend... Avant une semaine en mode Warriors...

Et ça continue...

Encore un weekend passé à démolir des cloisons et à faire tomber les plafonds... ça avance!

Encore un grand merci à Claire et Mika!

On apprend tous les jours pendant une aventure pareille. Leçon du weekend : si des copains qui habitent à 5 minutes du chantier te proposent de t'héberger pour le weekend, histoire de gagner plus d'une heure de route par jour, dis oui. Mais rappelle-toi, le soir venu, quand vous vous retrouvez tous ensemble après une journée de chantier, qu'il faut remettre ça le lendemain. Et que ça sera beeeaaaauuuuuucoup plus difficile d'être productif si tu as fait l'apéro jusqu'à 3h du matin et pas beaucoup dormi... 😖 Mais bon, pas de regrets, c'était une chouette soirée ! Merci encore les copains !

Quand Claire veut procrastiner sur son propre déménagement... elle vient faire des travaux chez les copains !

Y'en a pour tout le monde !

Et voilà le résultat dans l'entrée !

Et quand notre pizzaïolo préféré échange sa pelle à pizza pour une pelle de chantier...

... Ça dépote !

Avant...

Pendant...

... et après le passage de Mika !

Quand tu trouves LA technique qui multiplie ta productivité par dix... vingt minutes avant la fin de la journée... 😒

Bon, on n'a pas tout à fait fini le plafond du salon... Ça sera pour le weekend prochain! Maintenant qu'on a le coup de main...

Une équipe en or...🤩 

Quand on se lance dans une aventure telle que la rénovation de La Peyrère, il faut quelques ingrédients essentiels:
- une volonté de fer ;
- un enthousiasme sans faille ;
- un sens certain de l'improvisation face aux éventuelles surprises ;
- et, plus important que tout le reste, le soutien des proches.

Ce weekend, nous avons eu la visite de Bapt et Mylène. Le dimanche, nous avons fait un grand picnic en compagnie également de Teddy, Vanessa et les trois filles, ainsi qu'Antonin, Sihame et Mayline. Barbecue improvisé, soleil, rires, c'est ça aussi, le chantier!
Et déplacement des meubles du rez-de-chaussée. Et piquetage du plafond de la cuisine. Et cloison du salon abattue.  Et une reconnaissance éternelle de notre part.  Les choses ont avancé, bien avancé. Nous avons pu compter sur les bras de tout le monde, sur la bonne humeur de chacun. Même de ceux qui sont à la base dispensés de nous filer un coup de main, parce que nous, nous n'avons pas su être là pour eux quand ils en avaient besoin. Même de ceux qui ont le vertige, mais qui prennent sur eux et qui ne disent rien de leur angoisse, perché sur un escabeau un peu branlant. Même de ceux qui ne sont pas à l'aise avec les petites bébêtes, et qui retiennent leurs cris quand des araignées - voire des souris desséchées - leur tombent dessus...

Alors au lendemain de ce weekend, un seul mot s'impose. Merci. Merci à tous. Nous sommes entourés de personnes formidables, et c'est du pur bonheur que de savoir que maintenant, et pour toujours,  il y aura une trace de chacun d'entre eux dans cette maison qui sera notre foyer. On vous aime, et cette maison, c'est désormais un peu la vôtre.

A l'attaque de la cloison du salon !

... et avec le sourire, en plus !

Et voilà ! Un grand salon, un !

Petite pause bien agréable... Eh oui, c'est ça aussi, le chantier!

Petit tas de gravats deviendra grand...

On a retrouvé la fenêtre cachée de la grande chambre !

Et celle de la salle de bain aussi !

Même la mission gravats ne leur ôte pas le sourire...

Mission plafond cuisine : c'est parti !

Et ça avance à une vitesse impressionnante !

Et voilà le résultat à la fin de la journée... Un grand MERCI à tous ! 

Let the sunshine...

La Peyrère a de grandes fenêtres : 1,80 m x 1,00 m. Cela donne des pièces déjà bien lumineuses. Mais on en veut plus ! 🤩
En fait, on essaye de s'appuyer sur les principes de conception d'habitats bioclimatiques : en gros, on capte la lumière et la chaleur côté Sud, et on essaye de limiter les déperditions côté Nord. Or, nous avons toute une grande façade orientée  Sud Ouest qui dispose de très peu d'ouvertures au rez de chaussée. Qu'à cela ne tienne, on va en faire, nous ! Deux grandes portes fenêtres de 2,40 m de haut (je vis avec un Géant, vous vous rappelez?) par 2,00 m de large, dans le même stylet que les fenêtres existantes, pour garder l'esprit. Ce qui induit l'ouverture des murs porteurs... Bon, sur ça, on a fait les p'tits joueurs, préférant faire appel à un artisan, plutôt que le faire nous-même et prendre le risque de voir s'écrouler notre rêve - littéralement...

Les nouvelles menuiseries seront en PVC blanc... Je sais, si on veut vraiment respecter l'architecture patrimoniale, il eut fallu les prévoir en bois. Sauf que... on a malheureusement un budget limité. Et les fenêtres en bois ne passaient pas dedans. Alors on a fait une concession. Toutefois, le Géant d'Or est plutôt satisfait de ce choix, car en termes d'entretien, le PVC sera bien moins contraignant. Mais quand même. Moi, le plastique, j'aime pô...😝 Mais bon, à la guerre comme à la guerre, hein ! On pourra toujours voir quand on s'ra grand - et riches - pour les remplacer par du bois...

L'ouverture dans les murs porteurs pour les portes fenêtres sera donc faite par un pro. Nous, on se garde les trucs moins risqués, comme la réouverture des fenêtres existantes, par exemple. En effet, deux fenêtres au premier étage ont été murées il y a longtemps. Et nous, on aimerait bien les récupérer ! Donc va falloir faire des trous - trous. Quelles surprises va-t-on découvrir à ce moment-là? Suspens...

Vue extérieure des deux fenêtres murées à l'étage

Vue extérieure de la façade Sud - Ouest ... Ça manque d'ouverture, tout ça !

Dans la grande chambre, on voit bien l'emplacement de la fenêtre murée... Espérons que tout ne soit pas trop humide là-dedans...

Ici, dans la future salle de bain, c'est moins flagrant, mais on devine tout de même quelque chose...

Vue 3D de la future porte fenêtre dans la future cuisine (en vrai, il y aura des petits bois, ça sera plus style traditionnel)

Et idem, dans le futur salon !

Picoti, picota...

Donc, pour mettre en oeuvre l'enduit de correction thermique en chaux et chanvre projeté, il faut que les murs soient débarrassés de leur couche de plâtre, et que l'on récupère la pierre. Et pour ça, il n'y a pas mille solutions: il faut piqueter, piqueter, et piqueter encore... Après une brève tentative à la main, nous sommes vite vite allés acheter du matos électrique, bien plus efficace... Et nous voilà partis pour attaquer la future cuisine! Le Géant d'Or s'occupe du bas des murs, et moi du haut. Et ça avance. A notre rythme, mais ça avance. Il reste encore un peu de boulot, hein...

L'initiation, à la main...

... et un peu outillé ! Ça fait la différence !

Plus haut...

... encore plus haut...

Tadaaaaam !

Il n'y a pas de fumée sans poêle...

Maintenant qu'on a vu, avec l'isolation, de quelle façon garder la chaleur à l'intérieur de la maison, on peut se pencher sur la source de chauffage. Les systèmes de chauffage central traditionnels sont alimentés par de l'eau chaude. Et de l'eau chaude, il en faut aussi pour la douche (et la vaisselle, mais j'aime moins, je préfère la douche...). L'idée, c'est donc d'essayer de faire d'une pierre deux coups!

Pour chauffer l'eau, on peut utiliser:
✔ De l'électricité : bonjour la facture!

✔ Du gaz: pas de gaz de ville à La Peyrère, il faut donc installer une grosse cuve de gaz... mouais...

✔ Du fioul : même combat, citerne aussi, et facture gloups! Et où mettre la chaudière?

✔ Une pompe à chaleur air / eau : fonctionnant par échange calorifique avec l'air, voilà déjà une option plus écologique que les précédentes. Mais l'unité extérieure nécessaire pour ce système, sorte de gros caisson de ventilation, nuirait quelque peu au charme traditionnel de la bâtisse...

✔ La géothermie : basée elle aussi sur un échange calorifique, c'est dans les profondeurs de la terre qu'elle trouve sa source de chaleur. Ce qui sous-entend de lourds travaux à l'extérieur...

✔ Le bois: il existe déjà un petit poêle à bois dans la maison (et trois radiateurs électriques d'appoint, mis en place ultérieurement). Écologique et respectueux de l'esprit de l'habitation, voilà qui est intéressant! Et puis, on peut ainsi réutiliser les conduits de cheminée existants (qu'il faudra tuber).

Donc, c'est le bois qui nous chauffera. Ou plus exactement, les granulés de bois: issus de déchets de l'industrie du bois, ils présentent un bon rendement de combustion. Avec un système de recharge automatique, ils permettent une régulation efficace de la température.
Et pour alimenter les radiateurs et l'eau chaude, c'est un poêle bouilleur qui sera mis en place.

Sauf que... même si une douche froide peut parfois être agréable lors de fortes chaleurs, il se révèle utile d'avoir quand même de l'eau chaude en été. Et allumer le poêle lorsqu'il fait 30°C dehors, bof bof... Par contre, en été, il y a tout plein de soleil ! (si si, même dans le Béarn). Du coup, pourquoi ne pas coupler des capteurs thermiques solaires au système, qui permettront de produire de l'eau chaude, même quand le poêle bouilleur est éteint?

Adjugé, vendu ! Ce sera donc un système combiné chauffage, eau chaude et échangeur solaire !

Et pour l'esprit, on va quand même garder le petit poêle existant (même si la Petite Sorcière a des doutes sur l'esthétisme de cette solution : les deux poêles côte à côte dans le salon, ça va faire bizarre, non? Si? Non?)

Complètement cave...

Eeeet c'est parti ! ! ! Les travaux débutent ! Le Géant d'Or et la Petite Sorcière sont tous pleins d'énergie et de bonne volonté pour commencer à bosser !

On commence par la cave - enfin, "on", c'est la Petite Sorcière, vu que la cave n'est pas très profonde, et que le Géant est toujours en fauteuil roulant, c'est plus simple... Donc découpage, sciage, arrachage des plaques de caca-beurk, puis des plaques de polystyrène cachées par dessous, pour finalement libérer les solives. Plusieurs découvertes, des bonnes comme des moins bonnes, suite à ça:

        👍 le plancher est en parfait état ! Et c'est pas des petites lattes de rien du tout comme on le pensait, non, c'est un beau plancher massif, youpi ! Et sur un mur, un ajout de ciment donne l'impression que quelque chose a été rebouché, une ancienne porte ? A explorer !

       👎  bon, comme on s'y attendait, plusieurs solives sont complètement bouffées, par contre difficile d'estimer la part de responsabilité entre l'humidité et les bestioles... Il faudra renforcer le solivage - ce qui n'est pas vraiment vraiment prévu au budget...

Le sol de la cave est en terre battue, et complètement humide. Il va falloir réfléchir à comment traiter ça... A suivre...

Vue depuis la lucarne extérieure... Mmmmh, ça semble pas jojo, l'isolation du plafond...

L'entrée de la cave, bouchée par une plaque polyuréthane... Nos craintes se confirment...

Double peine pour les solives : polyuréthane et polystyrène, de quoi bloquer toute perspiration du matériau...

... résultat, des solives toutes humides, attaquées par les xylophages, friables, avec un appui sur la poutre centrale un peu "bricolé" ...

Apparemment, le problème ne date pas d'hier: à gauche, solive plus récente, mise en place semble-t-il lors de l'isolation...

Bon, le bon point, c'est que le plancher, lui, n'a pas bougé ! 

Curieux, cette reprise sur le mur... S'agirait-il d'une porte oubliée ?

Isolation, LE sujet qui chauffe ! 

L'isolation thermique d'une habitation, on le sait, est au cœur des problématiques d'économies d'énergie - et par conséquent, de réduction de facture... La Peyrère n'est pas isolée. Toutefois, nous avons été surpris en la visitant au mois de décembre, car malgré le froid et l’humidité qui régnaient à l'extérieur, il faisait bon et sec à l'intérieur. Et pourtant, l'habitation n'était plus chauffée depuis quelques mois déjà. Les bâtisses béarnaise traditionnelles sont conçues avec d'épais murs en pierre (60 cm, dans notre cas), qui possèdent une bonne inertie thermique (ils conservent longtemps la chaleur - mais mettent aussi longtemps à chauffer ! ). 

Par contre, le grenier est ouvert sur l'extérieur, et la cave, sous la future cuisine, dispose elle aussi d'ouvertures directes, pour la ventilation. Les pertes thermiques principales sont à rechercher de ce côté-là. Les défauts d'étanchéité des fenêtres et des portes peuvent aussi  générer des pertes importantes, mais constituent aussi la principale entrée d'air neuf dans le logement, à ne pas négliger, si l'on veut qu'elle respire, cette maison!
Donc nous nous concentrerons sur l'isolation par le haut, au grenier, et par le bas, à la cave.

D'abord, le grenier: la maison bénéficie d'une superbe charpente, qu'il faut laisser respirer. Si le top du top aurait été d'isoler directement la toiture, ça rentrait difficilement dans notre budget... Donc dans un premier temps, isolation en combles non habitables, c'est à dire au sol, où plusieurs couches d'un isolant respirant, type laine de bois, ou ouate de cellulose, seront mises en place et recouvertes d'un faux plancher. 

A la cave, même principe, mais directement sous le plancher de la future cuisine. Aujourd'hui, en regardant depuis l'extérieur par les lucarnes, on aperçoit qu'une isolation sous plancher a déjà été effectuée. Problème : à vue d’œil, il s'agit de plaques de mousse polyuréthane, pas DU TOUT respirant, ni perméable à la vapeur d'eau... Et tout ça, probablement collé aux lambourdes en bois qui supportent le plancher... Dans un premier temps, va falloir virer tout ça! Et croiser les bras très très fort pour que le bois n'ait pas complètement moisi, emprisonné comme ça dans du polymère étouffant pétro-chimique caca-beurk...

Mais, si les murs épais assurent une inertie intéressante, ils peuvent aussi générer un effet de paroi froide, en "rayonnant" du froid au niveau de la couche d'air qui les entoure. La mise en oeuvre d'une correction thermique permet de remédier à cet inconvénient. Un enduit intérieur, perméable et respirant, jouera ce rôle. J'ai nommé: l'enduit chaux-chanvre projeté ! Nous avons choisi de le faire faire, et au vu du budget, ce sera une seule passe, soit 5 cm, sur l'ensemble des murs en contact avec l'extérieur. Par contre, par de projection sur le plâtre tout lisse et tout peint: il faut piqueter l'ensemble des murs avant intervention de l'artisan. Voilà qui devrait nous occuper quelques temps dès commencement des travaux...

Et euh, sinon, techniquement?

Les plans 3D, ça va bien, c'est joli, et ça permet de se faire une idée. Mais avant ça, on a quand même réfléchi à 2 - 3 points techniques qui ont leur importance en rénovation:

🛠 ISOLATION : c'est LE point n°1 sur lequel on s'est penchés. Comme beaucoup de vieilles bâtisse, La Peyrère est constituée d'épais murs de pierre, jointoyés à priori au béton de chaux. Et la pierre, faut qu'ça respire! Sinon, place aux problèmes de remontées humides, condensation et moisissures induites... Donc, première question : isolation intérieure ou extérieure?

🛠 CHAUFFAGE : une fois que la maison est isolée, il faut réfléchir au système de chauffage. Pas de gaz de ville à La Peyrère, les options d'énergies à utiliser pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire sont donc : électricité, citerne de gaz, cuve de fioul, bois, solaire, géothermie, pompe à chaleur... Bref, il y a de quoi s'y perdre!

🛠 MENUISERIES : on a de la chance: les fenêtres du rez-de-chaussée ont déjà été remplacées il y a quelques années par du double vitrage. Par contre, toutes celles de l'étage sont à simple vitrage, et il faut prévoir les deux porte-fenêtres que nous comptons créer en bas, et les deux fenêtres murées que nous allons ré-ouvrir à l'étage...

🛠 ELECTRICITÉ : évidemment, le circuit électrique existant n'est pas aux normes... Tout est à refaire. L'alimentation actuelle se fait en triphasé, faut-il la conserver ou passer en monophasé?

🛠 ASSAINISSEMENT : pas de tout-à-l'égout pour La Peyrère. Et le dispositif actuel a été qualifié par le service public de contrôle "Non Acceptable". Là aussi, il faut tout refaire. Bon, le Géant d'Or et la Petite Sorcière, dans la vie de tous les jours, travaillent dans le milieu de l'assainissement. Donc sur ce point, on sait exactement ce qu'on veut!

🛠 PLANCHER EXISTANT : La Peyrère est équipée d'un plancher dans l'actuel séjour et sur tout l'étage. Notre idée de mettre et la cuisine et la salle de bain sur du plancher existant, si elle est séduisante sur le principe, implique des questions techniques importantes: le plancher existant est-il assez solide? Et avec les risques de projections d'eau et d'éclaboussures, est-ce bien compatible?

Voilà pour les grands axes, qui feront chacun l'objet d'un article détaillé - il y a tant à dire sur chacun d'entre eux!

... qui mérite un petit lifting!

Elle est belle, La Peyrère... mais un petit coup de jeune ne lui fera pas de mal! Voici ce que l'on a imaginé pour l'intérieur :

Vue d'ensemble du rez-de-chaussée dans un futur (plus ou moins...) proche

Création de toilettes (sèches?) sous l'escalier

Cuisine ouverte sur la salle à manger et création d'une porte-fenêtre pour plus de lumière !

Grand salon et deuxième porte fenêtre, let the sushine!

Vue d'ensemble du premier étage, un de ces quatre !

Un palier agrandi (et nouveau revêtement sur les murs - adieu papier peint fleuri ! )

Dans la grande chambre, ouverture d'une fenêtre existante qui a été murée il y a des années...

Ici aussi, réouverture d'une fenêtre actuellement murée, douche à l'italienne, et baignoire, tant qu'à faire !

Et de l'autre côté création de deux chambres et WC supplémentaire

Une vénérable grande Dame...

Jeanne Peyrère, 1836: voici ce qui est inscrit au fronton de la maison. Nous ne savons pas vraiment qui est Jeanne Peyrère. Concernant l'historique du lieu, nous savons juste que le domaine a été racheté à un moment donné par les métayers, aïeuls des anciens propriétaires qui nous ont vendu la maison.
La Peyrère nous a conquis lors de la première visite, coup de foudre at-the-first-sight. Voici donc une petite visite guidée de la bâtisse, dans son jus, telle que nous l'avons vue pour la première fois...

Vue d'ensemble...

Une entrée habillée d'un superbe escalier en bois!

Un grand séjour, qui deviendra cuisine / salle à manger

Le coin salle à manger / cuisine / salle d'eau / WC actuel, qui sera transformé en grand salon!

Le palier du premier étage, avec son papier peint... so vintage!

La grande chambre, qui deviendra la nôtre...

... et la petite chambre en enfilade, qui deviendra salle de bain !

Une autre chambre...

... puis encore une...

... et une dernière, en enfilade... On imagine bien les réunions de famille!

Et, au dernier étage, le vaste grenier ...

Enfin ! ! ! 

Ça y est! Après tant de mois de galères administratives, ça y est, c'est SIGNE! La date du 03 septembre 2018 est à marquer d'une grande croix dans notre calendrier! Cette étape cruciale étant franchie, on va pouvoir avancer! A très vite pour une petite visite guidée des lieux! 

Premiers pas...

Premiers pas dans le monde du blogging. Premier pas dans le monde de l'acquisition immobilière. Premiers pas dans l'éco-rénovation. Premiers pas dans le monde de l'auto-entreprenariat. Premiers pas dans la trentaine... Que de nouveautés dans nos vies!

Et une énergie folle, une envie dévorante de découvrir tout ça, et de le partager avec qui voudra...

Donc ça y est. La date est - enfin - fixée. Nous signons l'acte de vente le lundi 03 septembre 2018. Je dis enfin, parce que, avant d'en arriver là, ce fut une sacrée aventure! Petite chronologie (laaaargement synthétisée!) de nos péripéties:

- Décembre 2017 : le Géant d'Or et moi trouvons l'annonce sur un célèbre site de petites annonces et nous empressons d'organiser une visite. Coup de cœur immédiat: on peut cocher toutes les cases sur notre liste à exigences. Du terrain, des dépendances, du cachet, des travaux de rénovation mais peu de gros oeuvre, premier voisin à plus de 200 m (mais non, on n'est pas associables... on aime la tranquillité, c'est tout! Et aussi, pouvoir faire autant de bruit qu'on veut quand on fait la java...), et le tout à moins d'une demi heure de route du boulot! Jackpot! Seul bémol: le prix demandé est bien au-dessus de nos moyens...

- Janvier 2018: on fait le tour des banques, on établit une estimation des travaux, et on fixe un prix maxi que l'on peut mettre dans la maison, sans trop y croire, car environ 40% en-dessous de ce qui était demandé... mais miracle, les vendeurs acceptent, à la condition que l'on redécoupe le terrain pour en diminuer la surface. Bon, en même temps, on n'avait pas vraiment besoin de 1,7 hectares, hein...

- Février 2018: négociations avec l'agence immobilière quant au découpage du terrain, on trouve un accord. Il n'y a plus qu'à trouver une date pour le compromis!

- Mars 2018: le mois de mars est consacré à fixer une date pour la signature de la promesse de vente, de notre côté, nous peaufinons nos devis travaux.

- Avril 2018: ça y est, la date est fixée au 04 avril 2018! Nous rencontrons pour la première fois les vendeurs, par la même occasion. Nous nous retrouvons chez leur notaire en fin de journée. Le notaire nous détaille les grandes lignes du compromis, nous décidons ensemble de l'établissement des servitudes, bref, au final, il nous édite l'original de la promesse de vente vers 19h. Et c'est là que les choses se gâtent: alors que je commence à lire, article par article, le document, je me fais sermonner par le notaire, qui en substance me dit qu'on a déjà parlé de tout, et que ça serait sympa que je ne fasse pas perdre leur temps à toutes les personnes présentes, vu qu'il est déjà tard... Je me résigne donc à signer toutes les pages sans les lire dans le détail... Nous en recevons copie chez nous les jours suivants, et là, patatras, c'est, bien sûr, bourré d'erreurs... J'essaie de les faire rectifier, mais trop tard, on a signé... Bon, tant pis, il ne reste plus qu'à négocier avec les banques!
Et c'est là qu'un "léger" imprévu vient tout bouleverser... fin avril, le Géant d'Or a un accident de voiture...

- Mai 2018: le Géant passera cinq semaines à l'hôpital. Nous prenons un retard monstre dans l'avancée du dossier de prêt, à tel point que nous ne recevrons les offres de prêt que...fin juillet. 

Nous passerons ensuite tout le mois d'août, congés estivaux obligent, à trouver une date qui convienne à tout le monde pour la signature de l'acte de vente. Mais ça y est! Après plusieurs mois d'éreintante course à l'administratif, nous allons enfin pouvoir commencer les travaux!

A très vite pour une présentation plus détaillée du projet!